Archives du blog

Primaires : vers une campagne aux airs de tragicomédie ?

Depuis cinq jours, le dépôt des candidatures est donc clos, et la campagne a donc débuté, lentement, dans la foulée. Mais quelle stupeur de voir quel visage semble se dessiner pour cette campagne des primaires. Tout à commencé avec des soutiens de Martine Aubry qui attaque Manuel Valls, en le disant de mauvais foi, alors qu’il ne fait qu’appliquer les règles des primaires.

Mais aussi et surtout, les attaques basses se multiplient, notamment sur le net, que ce soit à l’encontre de Manuel, de Ségolène, ou d’Arnaud. Ainsi, alors qu’un certain nombre de militants et sympathisants (soutenant différents candidats) se regroupent sur le net pour appeler à la présence de débats entre les candidats, pour permettre aux électeurs de choisir au mieux, et bien des personnes se lancent, et assènent d’attaques les candidats. Certaines de ces attaques sont mêmes à la limite de l’insulte, comme celle sur Arnaud, entendu lors d’une discussion entre camarades (« Montebourg ? C’est un petit bourgeois de bas étage qui se crois capable d’être président ! »), ou encore sur Manuel, qui se fait taxé d’opportuniste sur le net, et à qui ont demande de quitter le PS, Ségolène qui elle est considérée comme une folle par certains, etc …

Bref, ces comportements ne sont pas dignes de socialistes, et sont surtout très néfastes pour la primaire, et pour celui où celle qui sera désigné en octobre. Ces attaques peuvent rendre le rassemblement plus difficile, voir impossible.

Mais vous connaissez aussi les rumeurs qui circulent autour de Martine Aubry et de son compagnon. D’où viennent-elles vraiment ? On se doute qu’elles viennent de l’adversaire, mais qui sait peut être certains dans notre propre camps s’en réjouissent, et les colportent.

Autre élément de cette campagne qui peut virer à la catastrophe après le 16 octobre, c’est ce manque de fairplay, d’ouverture d’esprit, d’acceptation des positions des uns et des autres, et de jouer « perso » ou les sympathisants contre les militants. Ça peut être dévastateur au moment du rassemblement, car si durant la campagne les militants se font taper dessus par des personnes issus de l’extérieur parce qu’ils préfèrent un autre (ou une autre) candidat(e) que certains, et qu’ils se font presque insulter pour cela, l’union et le rassemblement n’auront pas lieu.

En 2007, Ségolène Royal a fait campagne pour la primaire sur la position suivante : les français contre les militants. Résultats ? A force de se faire taper dessus, certains militants socialistes qui n’avaient pas votés pour elle, ont fait le choix de ne pas la soutenir. Après la défaite, elle a alors dénoncé le fait que le parti n’était pas derrière elle, et que cela lui avait causé la défaite. Et bien à tous ceux qui tentent de jouer cette stratégie cette année, je leur demande de renoncer, car cela pourrait mener à nouveau à la défaite, que personne ne souhaite.

Je vous parlais précédemment d’un groupe demandant des débats politiques entre les candidats, et c’est vraiment nécessaire si on ne veut pas paraitre ridicule. L’exemple type de ces situations ridicules, et dont les journalistes se moquent aisément, a eu lieu ce week end en Avignon. En effet, tous les candidats (sauf Ségolène Royal) s’y sont rendus, et alors qu’Arnaud et Manuel n’ont eu aucune hésitation à venir saluer et discuter quelques instants avec Martine et François (séparément), ces deux derniers ont préférés jouer à cache-cache. Franchement, ce n’est pas cela qu’attendent les français pour choisir le ou la meilleure candidat(e).

Combien de temps encore les deux « favoris » des sondages vont jouer leur partition si personnelle, et refuser de revenir faire de la … politique ! S’il n’y a pas de débats entre les candidats, et qu’ils proposent tous la même chose, alors pourquoi avoir fait des primaires ? Autant laisser les instituts de sondage choisir « le meilleur » candidat socialiste pour faire face à Nicolas Sarkozy.

Alors avant que la primaire ne se finisse en tragicomédie, je crois que l’on peut se reprendre, et arrêter ces comportements qui n’avanceront personne, et pourrait mener à la défaite.