Archives du blog

Un début d’année 2012 entre fausses polémiques, et attaques

Il ne vous aura pas échappé que ce début d’année 2012 (12 jours seulement !) a déjà été mouvementé ! Cela a commencé avec le détournement de propos de François Hollande par la droite, et sa cellule riposte, qui s’est dit faire un bon coup en tapant sur le candidat socialiste, et en exigeant comme l’a fait Nadine Morano des excuses de sa part. Mais non seulement François Hollande n’a pas commis de faute, et n’a pas a s’excuser, mais je demande à l’UMP, à Nadine Morano, et tous les ministres qui se sont précipités injustement sur notre candidat, de s’excuser. Ce comportement a été lamentable, et indigne d’une campagne présidentielle.

Ensuite, nouvelle pseudo polémique, inventée par les journalistes, et propulsés par l’UMP, le gouvernement, et même le président ! C’est à propos du quotient familial. Alors remettons les choses au clair :

Voici, ce qu’à dit Manuel Valls : « François Hollande proposera de remplacer le quotient familial en gardant le principe du quotient, c’est-à-dire une diminution d’impôt pour les familles, mais il faut le généraliser, le rendre plus juste, en utilisant un système de crédit d’impôt identique pour toutes les familles« . François Hollande reprendra le soir en expliquant qu’il modulerait le quotient familial, et non le supprimer comme les journalistes et la droite n’ont eu de cesse de faire comprendre toute la journée.

La droite, l’UMP a donc cherché, avec plutôt de succès semble-t-il, a manipuler les français, les journalistes pour leur faire croire n’importe quoi sur le projet de François Hollande. C’est de la désinformation à laquelle nous avons assistée, et cela laisse destiner du climat de la campagne vers laquelle nous nous dirigeons.

Le summum a été atteint ces derniers jours, avec les propos scandaleux de Mr Accoyer, qui a comparé la possible victoire de la gauche en avril, mai, et juin prochains aux conséquences d’une guerre. C’est purement scandaleux !  Tellement, que même le président de la République a reconnu qu’il ne soutenait pas Accoyer aujourd’hui. Ces propos sont indignes d’un président de l’assemblée nationale. Où est la neutralité !? Où est le respect de l’opposition !? Où est le respect des choix des français !?

On ne peut accepter de tels propos, et je suis de ceux qui réclame la démission de monsieur Accoyer, qui a dépassé les bornes, et est désormais indigne du poste qui est le sien !

Cette campagne ne doit pas prendre ce sentier là, et je fais confiance à François Hollande, et son équipe pour lever le niveau du débat, mais j’attends aussi d’eux une vraie pédagogie vis à vis des français, pour les convaincre de ne pas voter FN au premier tour, mais bien pour  François Hollande.

Le changement, c’est maintenant ! – François Hollande 2012

Publicités

DSK : prenons le temps de connaître la vérité

Dominique  Strauss Kahn a été arrêté cette nuit aux Etats Unis, où il est accusé d’agression sexuelle, de viol et de séquestration. Il est donc actuellement inculpé, c’est à dire mis en examen. Il devrait passer devant un juge ce dimanche, et nous en saurons d’avantage au fur et à mesure de la journée.

Alors, que doit-on en penser ?

Dominique Strauss Kahn

Eh bien, nous devons raison garder, prendre des gants pour en parler. En effet, jusqu’à preuve du contraire, DSK reste innocent. Ensuite, réfléchissons à ce qui s’est passé. Cet événement pose un vrai problème, du point de vue qu’il ne tient pas debout de manière logique. Pourquoi un homme si intelligent, si expérimenté, qui se sait très observé, qui prépare un retour pour les présidentielles, … se permetterait-il cela ? Ça n’a pas de sens.

Alors je pense qu’à l’heure actuelle, nous ne pouvons que nous dire que c’est illogique, et que peut être, Dominique Strauss Kahn est tombé dans piège. Un piège de qui ? Peut être de la droite française, de la gauche française, des grecs qui subissent la rigueur, des américains, etc …

A l’heure actuelle, nous ne pouvons qu’attendre, et comme le disent Jean Marie Le Guen et Jean Christophe Cambadélis, il ne faut pas faire de conclusion hâtive.

La première secrétaire du PS, Martine Aubry, s’est déclarée «stupéfaite» de l’inculpation du patron du FMI, appelant les socialistes à rester «unis et responsables»

Quand le ministre Wauquiez veut tirer vers le bas la protection sociale

« Quelle est, pour moi, la principale injustice dans notre pays ? C’est que celui qui travaille n’ait pas un véritable écart avec celui qui bénéficie des minima sociaux, a-t-il dit sur RMC et BFM TV. Cette situation-là est pour moi le cancer de la société française. »

Le ministre a fait un tollé avec sa sortie de ce 9 mai 2011 sur BFM TV, dans l’émission de Jean Jacques Bourdin. Alors que propose-t-il exactement ?

« En contrepartie du RSA, il faut que chacun assume, chaque semaine, cinq heures de service social »

Mr Wauquiez, vous pointez le doigt sur un problème en rappelant qu’un certain nombre de français, bénéficiaires des différents services de la protection sociale, profite du système, et cela a effectivement des conséquences négatives, évidemment pour le budget social, mais aussi, et c’est sans doute le plus grave, dans l’esprit des français, de la classe moyenne, qui peuvent voir effectivement des personnes gagner autant qu’eux avec ces aides sociales.

Mais en quoi, demander à celles et ceux qui bénéficie du RSA, d’assumer cinq heures de service social va-t-il régler ce problème ?! En aucun cas ! Pourquoi stigmatiser tous les bénéficiaires du RSA, alors seulement un petit nombre détourne le système ? Pourquoi toujours s’en prendre aux faibles ? Pourquoi toujours tirer vers le bas, ceux qui n’ont déjà pas grand chose, plutôt que de tirer vers le haut, ceux qui travaillent, et ne sont payés qu’à hauteur du Smic ?!!

Alors oui, il faut mettre en place des mesures, des méthodes afin de réduire sensiblement les « profiteurs ». Comment ? Exiger des bénéficiaires de ce RSA, un nombre minimum d’heures de travail par an, une vraie recherche d’un emploi stable, et à durée indéterminée, en communiquant d’avantage entre les services, en imposant des règles de cumul des aides sociales, en optant pour un contrôle des revenus du foyer, afin de s’assurer que ceux qui ont des salaires convenables ne touchent pas les mêmes sommes que les autres.

Il ne s’agit pas de créer des allocations sociales pour certains, sans revenus ou à revenus faibles ; mais il s’agit d’opter pour des allocations dépressives, en fonction des revenus du foyer. En effet, un certain nombre de français sont choqués de voir que certains, ayant des revenus plus qu’honorables, reçoivent autant d’allocations qu’une famille dont les revenus avoisines, ou sont inférieurs au Smic.

Alors oui, il y a des français choqués par l’utilisation des aides sociales, et surtout par le fait que certains touchent plus d’argent (grâce à cela) sans travailler, que eux qui ont pourtant un emploi à temps plein. Nous devons, nous la gauche, revaloriser le travail, et le rendre plus attractif, et surtout plus payant. Nous devons redonner un vrai intérêt au travail, pour que l’on gagne plus en travaillant, qu’au chômage.

Plutôt que de tirer encore plus vers le bas les personnes à faibles revenus, nous devons revaloriser les revenus du travail, et tirer vers le haut cette valeur travail, qui aujourd’hui crée des divisions, et des jalousies parmi nos concitoyens. La gauche doit redonner cet espoir aux français, et réorganiser la société, qui depuis dix ans de gouvernement de la droite, se porte de plus en plus mal. Comme le dit Pierre Moscovici dans son dernier ouvrage, 2012, c’est pour nous la « défaite interdite ».