Archives de Catégorie: socialiste

Désignation des candidats socialistes aux législatives dans le Morbihan.

Depuis lundi soir, minuit, les candidatures aux législatives sont validées, en morbihan comme ailleurs. Toutefois, un cas particulier tout de même avec la circonscription de Ploërmel qui sera réservée à notre partenaire politique, à savoir Europe Ecologie-Les Verts. Deux autres circonscriptions vont être réservées à des candidatures féminines : celle de Vannes, et celle d’Auray.

Ces choix ne se sont pas fait sans peine, et sans mécontenter certains, et cela est normal lorsque sa candidature est impossible parce que circonscription réservée aux verts, ou réservée féminine si vous êtes un homme. Pour autant, peut on renier les valeurs que l’on défend ? Est-ce que pour certains la parité c’est bien, mais chez les autres ? Nous nous devons d’être un peu logique, et appliquer ce que nous prêchons, comme le non cumul des mandats d’ailleurs.

Certains envisagent peut être la dissidence, vexés de ne pouvoir se présenter. Cela serait quoi qu’il en soit contre productif, et assurait la défaite à tous. Bref, responsabilité et honnêteté doivent être notre combat.

Je me réjouis de voir sur la circonscription de Vannes, Claude Jahier se porter candidate en offrant à Simon Uzenat la suppléance. Voilà une intégration de la jeunesse dans le dispositif électoral. Sur la 2e circonscription, c’est Nathalie Le Magueresse qui se portera candidate, et portera les couleurs du Parti Socialiste. A Lorient, Gwendal Rouillard, député sortant, sera le candidat. Il est je le crois le plus en capacité de l’emporter à Lorient aujourd’hui.

Enfin, sur la 6e circonscription, le suspens est plus intense puisque deux « tickets » se confrontent : Philippe Noguès, avec Anne Troalen ; et Robert Hénault, avec Céline Goaper-Bilien. Le ticket que je soutiens ne fait pas de mystère, ayant annoncé sur ce même blog mon soutien à Philippe Noguès, pour son projet, ses compétences, sa capacité de rassemblement, et sa stratégie de présence sur l’ensemble du territoire de la circonscription (le candidat dans le sud de la circonscription, la suppléante dans le nord). Il est vrai que je n’adhère pas à la stratégie qui consiste à se concentrer sur une zone où certes l’électorat est plus nombreux, mais aussi plus hostile, puisque votant plus à droite.

Quoi qu’il en soit, rendez vous le 1er décembre pour connaître les candidat(e)s socialistes sur nos circonscriptions, pour ce qui est de la candidature écologiste sur la 4e circonscription, c’est à EE-LV de l’annoncer.

 

Un processus totalement conforme au droit : Les primaires citoyennes respectent tous les textes en vigueur

Pour la préparation des primaires citoyennes, des contacts ont été pris avec la Cnil, la Commission nationale des comptes de campagne et de financement des partis politiques (CNCCFP), le Conseil Constitutionnel et le ministère de l’Intérieur.

Le Parti socialiste s’engage même au-delà de ce que prescrit la loi « Informatique et Libertés ». Tous les traitements de données à caractère personnel ont été portées à la connaissance de la CNIL, y compris ceux qui ne sont pas soumis à une procédure de déclaration. Les procédures de destruction des listes électorales seront également placées sous le contrôle d’un huissier de justice.

Le fichier utilisé est accessible à tous

C’est le fichier électoral que tout parti politique ou candidat peut consulter ou recevoir copie, comme l’explique l’article L 28 du code électoral. Il sera transmis par les préfectures. Le ministère de l’Intérieur, dans une circulaire du 10 janvier aux préfets, leur a demandé d’inciter les communes à transmettre les fichiers électoraux sous support informatique.

>> Consulter le résumé de la circulaire diffusé par la préfecture de Moselle(p.3)

Plus de sécurité sur le respect des données personnelles que ne l’exigent les textes

La somme des fichiers électoraux sera traitée, notamment pour répartir les électeurs sur les bureaux de vote primaires qui ne seront pas forcément les bureaux de vote républicains, afin de constituer le fichier électoral des primaires. Ce fichier sera déclaré à la Cnil ainsi que le fichier des présidents et accesseurs des bureaux de vote, conformément à la demande de la Cnil datée du 30 mars. Ce fichier sera détruit après le scrutin sous contrôle d’huissiers de justice.

Un deuxième fichier sera constitué sur la base du volontariat des électeurs qui laisseront leurs coordonnées et accepteront qu’elles soient utilisées pendant la campagne. Ce fichier est à priori exonéré de déclaration à la Cnil  au titre du fichier des membres et correspondants des partis politiques, mais il sera néanmoins déclaré.
>> en savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles durant les primaires

Le Conseil constitutionnel ne s’oppose pas aux primaires citoyennes

Dans un courrier du 15 mars 2011, Jean‐Louis Debré a écrit «qu’il ne revient pas au Conseil constitutionnel d’intervenir sur les modalités de désignation des « précandidats » par les partis politiques».

>> Le courrier envoyé par Jean-Louis Debré

Une participation aux frais complètement légale

L’argent demandé aux électeurs est une participation aux frais, à l’instar des collectes pratiquées, par exemple, aux sorties des meetings, comme l’explique la lettre de la CNCCFP du 11 mars. Ce n’est pas un don et donc ne donne pas droit à un reçu fiscal. Il n’y aura pas de connexion entre le montant donné par un électeur et son identité. Le montant de la recette de la primaire et tous les documents nécessaires seront bien entendu transmis à la CNCCFP.

>> Consulter la lettre de la CNCCFP

Les primaires compatibles avec les règles liées aux comptes de campagne

Seules les sommes engagées par le candidat élu pour convaincre les électeurs seront intégrées aux comptes de campagne (lettre de la CNCCFP du 11 mars 2011).

Des mises à disposition de locaux prévue par la loi

Les communes peuvent mettre à disposition des partis politiques des locaux communaux selon des modalités définies par le maire, le Conseil Municipal fixant, s’il en est besoin, la contribution due à raison de cette utilisation (article L 2144‐3 du code général des collectivités territoriales). Cette disposition a été rappelée aux Préfets dans la circulaire du ministère de l’Intérieur du 10 janvier, circulaire intitulée « organisation d’élections primaires par les Partis politiques ».

La possibilité de voir votre nom retiré des listes électorales constituées pour les primaires citoyennes

Conformément aux prescriptions de la CNIL, vous bénéficiez de la possibilité de voir votre nom retiré des listes électorales constituées pour les primaires citoyennes, si vous ne souhaitez pas y participer.
Attention, ce retrait est définitif !

«Qui a peur de son ombre attend midi pour se lever. Pendant ce temps, les autres courent.» F. Mitterrand

«Qui a peur de son ombre attend midi pour se lever. Pendant ce temps, les autres courent.» François Mitterrand.

Près de dix jours, après le cataclysme de l’affaire DSK, et si nous faisions un bilan sur ce qui va advenir du Parti Socialiste, et ses primaires ? Tout au long de ces dix jours, nous avons entendu l’ensemble des leaders du Parti s’exprimer, et défendre l’idée qu’il fallait éviter la désunion, et rester très prudent sur l’affaire en question.

J’entends, ou je lis, ici ou là, cette question, qui reste sur toutes les lèvres : « On fait quoi maintenant ? ». Je crois que la réponse est en fait très simple. Pour moi, malgré cet évènement, la perte d’un candidat haut placé, etc … Nous avons maintenant la mission de nous relever, de repartir en bataille pour les présidentielles, non pas les uns contre les autres, mais bel et bien dans l’optique d’arriver à la désignation d’un candidat en octobre, qui devra affronter Nicolas Sarkozy, et réussir à remporter la présidentielle.

Les « spécialistes » nous expliquent, un peu partout, que les primaires vont être le lieu d’affrontements meurtriers entre les candidats des primaires. Mais pourquoi, voulez vous que ces primaires finissent ainsi ? Regardons les modèles étrangers, qui ont des années d’expériences derrière eux. Aux Etats Unis justement, la primaire peut être extrêmement offensive, et pourtant, à la convention d’investiture (qui aura lieu chez nous fin octobre/début novembre) les divers candidats acceptent leur défaite, et se rangent tous derrière le grand vainqueur. Pourquoi cela sera-t-il différent chez nous ? 

Les Français soutenait, majoritairement, un candidat social démocrate. Comme je l’avais exprimé dans un article précédent (avant cette affaire), c’est cette social démocratie qui peut l’emporter à gauche. Puisque Dominique Strauss Kahn n’est plus là, et bien il faut se reporter sur un autre homme (ou femme) qui représente, et défend ces idées sociales-démocrates. Qui ?

Le choix peut être vaste (Valls, Moscovici, Colomb, Le Guen, Cambadélis, etc …). Mais il faut aussi penser au renouvellement de la classe politique, c’est aujourd’hui, je pense, une nécessité pour s’émanciper le plus possible des critiques que pourraient faire les journalistes, et les hommes (ou femmes) politiques contre nous vis à vis du lien à Dominique Strauss Kahn.

Donc, pour résumer, il nous faut repartir à la bataille présidentielle, à travers les primaires dans un premier temps, en soutenant la candidature d’un social démocrate, mais pas forcément d’un « Straus-Kahnien » reconnu comme tel.

Enfin, pourquoi cette citation dans le titre me direz vous ? Et bien simplement, parce que je pense que nous ne devons pas laisser la majorité au pouvoir, et les autres partis politiques, tous confondus, de profiter d’une absence médiatique des propositions et du projet du Parti Socialiste pour remonter dans l’opinion, car la présidentielle ne se gagne pas uniquement au dernier moment, mais bel et bien dès maintenant. Voila pourquoi nous devons nous remettre au travail, parce que c’est ce qu’attendent les Français.