Archives de Catégorie: Divers

Rendez-vous désormais sur le .fr

Désormais mon blog se trouve à cette adresse :

decrockjerome.fr

Publicités

Désormais en .FR !!

Je vous invite désormais directement sur l’adresse en .FR pour suivre mon blog : decrockjerome.fr

Un début d’année 2012 entre fausses polémiques, et attaques

Il ne vous aura pas échappé que ce début d’année 2012 (12 jours seulement !) a déjà été mouvementé ! Cela a commencé avec le détournement de propos de François Hollande par la droite, et sa cellule riposte, qui s’est dit faire un bon coup en tapant sur le candidat socialiste, et en exigeant comme l’a fait Nadine Morano des excuses de sa part. Mais non seulement François Hollande n’a pas commis de faute, et n’a pas a s’excuser, mais je demande à l’UMP, à Nadine Morano, et tous les ministres qui se sont précipités injustement sur notre candidat, de s’excuser. Ce comportement a été lamentable, et indigne d’une campagne présidentielle.

Ensuite, nouvelle pseudo polémique, inventée par les journalistes, et propulsés par l’UMP, le gouvernement, et même le président ! C’est à propos du quotient familial. Alors remettons les choses au clair :

Voici, ce qu’à dit Manuel Valls : « François Hollande proposera de remplacer le quotient familial en gardant le principe du quotient, c’est-à-dire une diminution d’impôt pour les familles, mais il faut le généraliser, le rendre plus juste, en utilisant un système de crédit d’impôt identique pour toutes les familles« . François Hollande reprendra le soir en expliquant qu’il modulerait le quotient familial, et non le supprimer comme les journalistes et la droite n’ont eu de cesse de faire comprendre toute la journée.

La droite, l’UMP a donc cherché, avec plutôt de succès semble-t-il, a manipuler les français, les journalistes pour leur faire croire n’importe quoi sur le projet de François Hollande. C’est de la désinformation à laquelle nous avons assistée, et cela laisse destiner du climat de la campagne vers laquelle nous nous dirigeons.

Le summum a été atteint ces derniers jours, avec les propos scandaleux de Mr Accoyer, qui a comparé la possible victoire de la gauche en avril, mai, et juin prochains aux conséquences d’une guerre. C’est purement scandaleux !  Tellement, que même le président de la République a reconnu qu’il ne soutenait pas Accoyer aujourd’hui. Ces propos sont indignes d’un président de l’assemblée nationale. Où est la neutralité !? Où est le respect de l’opposition !? Où est le respect des choix des français !?

On ne peut accepter de tels propos, et je suis de ceux qui réclame la démission de monsieur Accoyer, qui a dépassé les bornes, et est désormais indigne du poste qui est le sien !

Cette campagne ne doit pas prendre ce sentier là, et je fais confiance à François Hollande, et son équipe pour lever le niveau du débat, mais j’attends aussi d’eux une vraie pédagogie vis à vis des français, pour les convaincre de ne pas voter FN au premier tour, mais bien pour  François Hollande.

Le changement, c’est maintenant ! – François Hollande 2012

Abécédaire Optimiste : Les propositions de Manuel Valls

 

Bernard Debré n’assume pas ses propos

Le sénateur avait, après l’arrestation de Dominique Strauss Kahn, tenu un discours très sévère, le qualifiant de « délinquant sexuel ». Aujourd’hui, devant les retournements de l’affaire DSK, il n’assume plus.

Ainsi, dès vendredi dernier, en direct sur BFM TV, Bernard Debré a donc dû faire un rétropédalage en beauté, accompagné d’un beau mea culpa. Mais comme on dit, les paroles s’envolent, et les écrits restent. Il avait donc posté ses propos sur son blog. J’utilise ici le passé, parce qu’il vient de supprimer l’article, mais, parce qu’il ne faut pas oublier, je vous cite l’article exact avant sa suppression :

« Vous étiez secrétaire général du FMI. Un poste fondamental dans l’état actuel du monde en crise économique.
Vous postuliez pour la Présidence de la République Française et les sondages vous donnaient favori.
Mais  depuis quelques temps déjà, votre attitude vis à vis de l’argent gênait  le monde; ryad au Maroc, voiture de luxe, appartements parisiens dans  les quartiers les plus huppés; cette attitude « bling bling » ternissait  votre image.
Il était connu de beaucoup que vous aviez des  attitudes sexuelles débridées, en France, en Belgique. Les choses étant  connues, les participants à ces parties fines s’en vantaient, mais la  France est tolérante, trop tolérante. Beaucoup de vos amis vous avaient  dit, semble-t-il, qu’il fallait vous calmer et certains pensaient que  vous aviez compris. Une alerte aux USA vous avait quasiment disqualifié  même si votre épouse vous avait pardonné, pour faire pleurer dans les  chaumières.
Voici maintenant que vous êtes arrêté aux États-Unis  pour violences sexuelles, la honte. Vous saviez que la France était  tolérante et, à tort, laissait la vie privée en dehors de la politique.  Mitterrand et ses deux épouses, dont témoignent ses deux vies. L’Etat a  beaucoup payé pour la famille illégitime pendant 14 ans, des milliers  d’euros ont été dépensés pour les héberger et les faire vivre.
Mais trop c’est trop, vous avez humilié la France! Vous l’avez ridiculisée.
Les socialistes qui vous faisaient confiance doivent être rouges de honte et de fureur.
Vous  allez peut être être condamné à une peine de prison. Bravo! Vous allez  peut être devoir payer une caution, vous avez suffisamment d’argent.
Quand  vous sortirez de prison, disparaissez dans votre ryad, ne vous  justifiez pas, ne dites plus rien. Vous avez été une fausse valeur, un  obsédé sexuel, un escroc intellectuel. Vous avez sali votre pays.
Ce que je vous souhaite c’est maintenant de vous soigner, il existe des médicaments pour les délinquants sexuels.
J’ai honte car vos frasques risquent une nouvelle fois de donner des voix aux extrêmes.
Disparaissez et vite.
Pr. Bernard DEBRÉ
Ancien Ministre
Député de Paris »
Ils ont été peu nombreux à droite, à prendre le risque de réagir « du plus profond de leur coeur » au lendemain de l’affaire, et aujourd’hui, Bernard Debré s’en mord surement les doigts.
Je lui rappelle d’ailleurs, que les socialistes (et la gauche en général) n’a, au moment de « l’affaire Tron », fait aucune conclusion ative, préférant laisser la justice faire tranquillement son enquête, et rendre sa décision.

Le site de Manuel VallsCliquez pour retrouvez les propositions de Manuel Valls

 

Manuel Valls, 3e au baromètre Opinionway

Communiqué de presse de Luc CARVOUNAS, porte-parole de Manuel Valls
Manuel Valls, candidat déclaré aux Primaires, est la personnalité politique du PS qui arrive en 3e position d’opinions favorables,
avec 40% (4 points de plus) derrière Martine Aubry et François Hollande, dans le dernier sondage OpinionWay, à paraître demain dans Métro.
Quelques jours seulement après avoir repris sa marche dans la campagne des Primaires, ce bon résultat est le signe qu’il existe bel et bien un véritable intérêt de la part des Français pour l’offre politique portée par Manuel Valls, pour une Gauche républicaine, moderne et populaire.Depuis des mois et des mois, sillonnant la France pour partager son livre programme « Pouvoir », et dernièrement pour son livre « Sécurité, la gauche peut tout changer », Manuel Valls mesurel’urgence sociale de notre société et l’attente de nos concitoyens pour le changement en 2012.Il est jugé incontestablement comme le plus crédible à gauche en matière de lutte contre l’insécurité et pour porter les valeurs de la République et de laïcité.

Les Primaires seront un débat démocratique de premier plan où rien n’est joué par avance. Soutien à la candidature de Manuel Valls, Luc Carvounas retrouve chez ses collègues élus le même élan exprimé par le résultat de ce sondage. Ils sont déjà très nombreux, élus et responsables socialistes, à vouloir le changement pour 2012.

Manuel Valls, par sa détermination, son énergie et son expérience incarne ce changement.

Luc Carvounas – Premier secrétaire du PS94, Vice président du Conseil général du Val-de-Marne et porte parole de la candidature Manuel Valls aux élections Primaires.

Quelle est mon analyse de ce résultat ?

Et bien de manière assez simple, je me réjoui de voir que les mois passant, la personnalité de Manuel Valls, et ses idées, sont aujourd’hui aussi apprécié des potentiels électeurs. Cela est bien la preuve que lorsque l’on « parle vrai », comme le disait Ségolène en 2007,  que lorsqu’on dit la vérité sur ce qui se passe, et qu’on veut être crédible, et bien on peut convaincre les français. Bien sur, les opinions favorables ne se transforme pas automatiquement en votes, mais c’est une première étape.

Rappelons nous les cas précédents, d’outsider devenus vainqueur de la primaire de leur camp. Ségolène Royal en 2006, qui parti des abysses des sondages, a remporté les primaires de l’époque. Et  puis, aux Etats Unis, Barack Obama parti bon perdant face à la candidature d’Hillary Clinton, a fini par la dépasser, et être élu à la primaire (puis à la présidentielle américaine).

Rien n’est donc gagné, mais rien n’est perdu non plus.

Triste …

Triste nouvelle arrivée il y a quelques heures à peine. J’ai donc une pensée pour ce jeune camarade socialiste qui nous a quitté brutalement …

Manuel Valls candidat

Hier soir, sur le plateau du journal de 20H, Manuel Valls était l’invité de Laurence Ferrari, et il a, en direct, annoncé sa candidature, et expliqué pourquoi il se portait candidat aux primaires socialistes. Plutôt que je paraphrase ses arguments, et ses explications, je vous propose ci dessous de retrouver la déclaration officielle de candidature de Manuel Valls.


Le 28 juin prochain, je déposerai officiellement ma candidature aux Primaires du Parti socialiste qui doivent désigner celui ou celle qui sera notre candidat à l’élection présidentielle de 2012.
Si, jusqu’à très récemment, la candidature de Dominique Strauss-Kahn s’imposait, sa mise à l’écart exige un sursaut.
La réalité, aujourd’hui, est que je ne trouve pas, dans le paysage de mes contemporains, celui ou celle qui s’imposerait co110607_TF1mme le plus fidèle garant d’une gauche moderne, populaire, juste et crédible aux yeux de tous.
C’est donc ce qui me pousse à reprendre ma marche en avant.

Les primaires qui vont s’ouvrir sont une opportunité exceptionnelle de remobiliser la gauche mais aussi, l’ensemble de la société française. C’est donc un immense honneur pour moi d’y participer.

Depuis deux ans, je sillonne le pays pour sonder ses attentes, ses aspirations, recueillir ses angoisses mais aussi ses élans, ses initiatives et ses espoirs.

J’ai vu une France affaiblie et souvent meurtrie par les morsures de la crise et du chômage. J’ai vu la souffrance des classes moyennes, des ouvriers et du monde paysan, une jeunesse inquiète pour son avenir, des retraités précarisés. J’ai vu des services publics fragilisés.
J’ai vu une France qui doutait parfois de ses capacités de rebond, une France qui désespérait de ses responsables politiques et économiques. Mais une France qui, malgré tout, continuait d’y croire, parfois sans même savoir pourquoi, ni comment. Malgré ces incroyables difficultés, j’ai été frappé par le refus de sombrer, le refus d’abandonner, le refus de se laisser aller.
Aujourd’hui, je veux porter cette force, je veux porter ces regards, ces voix qui disent « non », qui disent « il faut que cela change», qui disent « assez de Nicolas Sarkozy».

Si je suis candidat à l’élection présidentielle pour la gauche, c’est pour diriger ce pays. Pour orienter ses forces vives vers des projets partagés, relever ceux qui sont à terre et qui, pourtant, ne veulent pas lâcher.

La France est un pays magnifique, aimé, désiré, dans le monde entier pour son histoire, sa culture et sa langue. Encore aujourd’hui, des quatre coins du monde nous sommes un phare. Regardons le printemps arabe. Même libérés des dictatures, les peuples expriment leur désir de nous rejoindre. Certes, notre lumière a décliné, mais elle oriente encore, toujours, les âmes insoumises qui aspirent à la liberté et au droit au bonheur.
C’est pour cette raison que nous devons retrouver toute notre place dans le concert des nations en réaffirmant notre volontarisme dans le projet européen.

Je veux être un passeur. Le message que je porte ne m’appartient en rien, c’est celui de cette France de l’insoumission, c’est celui des Français qui aujourd’hui continuent d’espérer et de tenir la dragée haute aux difficultés.

C’est un message inconditionnellement optimiste. Optimiste dans sa fidélité au génie de la France, optimiste dans la capacité des Français à se dépasser, optimiste dans notre avenir commun. Qui d’autre que nous, peut miser sur notre avenir ? Qui d’autre que nous, peut prendre notre destin en main ? Qui d’autre que nous, peut mesurer nos forces et notre envie de changer la donne ?
Personne d’autre que nous. Nous, les Français héritiers d’une Nation qui n’appartient qu’à ceux qui la désirent et qui veulent en renforcer le génie.

C’est cette France sublime qui m’a accueilli, qui m’a adopté parmi les siens, lorsque j’en suis devenu le citoyen à l’âge de vingt ans. C’est cette France désormais fragile qui m’engage à tout lui rendre, à tout lui donner.

Je ne me sens pas responsable d’un quelconque fardeau qui pèserait sur mes épaules, mais habité par une conviction, par une envie et par une énergie. Habité par la conviction qu’il faut relever la France et qu’avec les Français nous le pouvons, habité par l’envie de porter leur message, habité par l’énergie de traduire les aspirations en actions.

Redresser un pays comme le nôtre, orienter ses forces vives, redonner la dignité à ceux que tout afflige, exige un nouvel élan, une énergie du changement sans précédent. Elle s’alimentera de l’expérience et de la volonté de chaque Français. La période qui s’ouvre à nous est exigeante mais elle doit mobiliser et galvaniser chacun. Le prochain chef de l’État devra donner l’impulsion pour que cette énergie se diffuse dans l’ensemble du corps social.

Rien ne sera facile, ni acquis. C’est pourquoi, je souhaite porter cette énergie dans la plus grande vérité. Je ne promettrai rien que la France et les Français ne pourront tenir pour eux-mêmes et pour les générations futures.
La politique a changé. Si hier, on pouvait promettre par d’obscurs petits arrangements avec les réalités, ce que l’on ne pouvait tenir, aujourd’hui, cette façon de se conduire a été balayée par la lumière aveuglante de la vérité. La situation de nos comptes publics et sociaux, le niveau de la dette, nous obligent à de la lucidité et à de la sagesse.

Mon combat est, justement, celui de l’avènement d’un discours de vérité. C’est aussi celui d’une réduction des injustices sociales et celui d’une efficacité économique, protectrice de l’environnement et vectrice de richesses, pas uniquement pour les puissants, mais pour chacun.
Je le mènerai avec l’exigence de représenter, non une nouvelle génération, mais de nouveaux visages, de nouvelles énergies et de nouveaux talents.
Maire d’une ville de banlieue, candidat de la gauche d’aujourd’hui, je le mènerai aussi en m’appuyant sur la longue expérience de terrain que j’ai acquise, avec la volonté de faire vivre ensemble les différences, avec la fermeté nécessaire pour rétablir l’ordre et avec pour horizon : une République en action, une laïcité forte et une Nation sereine.

Au lendemain de la plus grande crise financière du capitalisme, il faut comprendre que la richesse, le bonheur, ne peuvent plus se mesurer uniquement en termes monétaires…

L’Homme doit redevenir le cœur de l’action politique et citoyenne. Dans cette perspective, la gauche – qui devra se hisser à la hauteur des enjeux – possède les clefs du changement.

Cet effort considérable exige la participation de chaque femme et de chaque homme de ce pays. Alors que le président de la République actuel n’a cessé de diviser les Français, de les dresser les uns contre les autres, nous avons besoin d’encourager, de protéger et de développer toutes les énergies individuelles pour le bien être commun.

Dans cette perspective, je fixerai trois grandes priorités :

D’abord, l’école, la culture et la recherche qui chacune dans son domaine crée les énergies de demain et contribue à l’émancipation en faisant reculer les injustices et les déterminismes économiques et sociaux.
Ensuite, il s’agit de préserver ces énergies en assurant la sécurité de chacun. L’ordre retrouvé, la justice respectée, c’est la liberté pour tous les individus de pouvoir orienter leur action, non sur leur seule protection, mais vers l’autre.
Enfin, je veux libérer les énergies créatrices en concentrant les efforts sur la compétitivité de notre industrie et en assurant un climat favorable aux petites et moyennes entreprises qui, chaque jour, développent des projets et des initiatives bénéfiques pour le pays.

C’est en fixant ce cap, que les Français pourront redresser la tête, espérer et exercer pleinement la liberté de construire leur bonheur.

Personnellement, je trouve la position de Manuel Valls intéressante, et intelligente. Aujourd’hui, la gauche a besoin d’un renouveau, de nouvelles idées, etc … Aujourd’hui les « ténors », et il est bien entendu qu’ils participeront au gouvernement si nous gagnons, doivent peut être se mettre en retrait parce que le parti socialiste doit prendre un « coup de jeune ». Ce coup de jeune est représenté par Manuel Valls. On peut avoir des désaccords avec lui, mais il faut au moins lui attribuer le mérite d’oser ouvrir des débats, des discussions qui peuvent intéresser les français dans leurs vies quotidiennes.

Ainsi, je soutiens donc la candidature de Manuel Valls à la primaire socialiste.

Retrouvez la déclaration de candidature sur le blog de Manuel Valls.

Le problème EELV

Ce week end a lieu a La Rochelle, lieu que connaisse bien les socialistes, le congres d’europe écologie les verts, avec l’absence remarquée, et médiatisée, de Dany.

En effet, cette semaine Daniel Cohn Bendit a fait face a Cecile Duflot pour la direction du mouvement.
Ca se chamaille parce que Cecile a usée de tactique peu démocratique pour l’emporter face au fondateur du mouvement.

Aujourd’hui quel est le problème d’EELV ?
Et bien, comme le craint Dany, qu’il ne fasse que 3 ou 4 % en 2012 avec l’un ou l’autre des deux candidats, nouveaux venus en politique. Autre risque, et pas seulement pour les écolos cette fois, c’est le risque que, ayant un candidat, il bloque le passage au 2nd Tour au candidat de gauche. Bref, c’est la crainte d’un 21 avril.
Dany le redoute, et disait même qu’il faudrait voir la situation en Janvier, et être potentiellement capable de renoncer a présenter un candidat au profit du candidat de gauche.

Bref, avec leurs tactiques de calculs, par rapport aux courants, et leur stratégie du « on est les seuls écolos crédibles en France et donc on va imposer nos règles aux socialistes », ils courent dans le mur,et risque d’en emporter d’autres avec eux.

Alors, mesdames et messieurs les écolos, je vous en prie écouter un peu plus votre fondateur, Daniel Cohn Bendit, plutôt que l’appareil des verts.